Accueil » Demain, mon entreprise sans moi

Décès, organisation, confiance
Romain Passot et Quentin Guézénec

Demain, mon entreprise sans moi

Décès, organisation, confiance

C’est l’histoire vraie de Romain Passot 

Le 5 décembre 2010 son frère Bertrand meurt dans un accident de montagne. Il était le dirigeant et propriétaire d’une dynamique société de courtage d’assurances. Mais sans lui, son entreprise survivra-t-elle ? Bertrand était le principal « sachant » de l’entreprise. Ses enfants vont en hériter mais encore faut-il qu’elle ait encore de la valeur. Si Bertrand avait anticipé au mieux ce risque de disparition, son frère a dû faire face à de nombreux défis, il nous raconte son histoire passionnante dans cet entretien vidéo.

 

« Souvent, on a l’habitude de dire que les cordonniers sont les plus mal chaussés, je peux vous dire que mon frère avait une paire de souliers bien solide »

 


Quelles leçons peut-on tirer de cette histoire ?

Au-delà des outils juridiques et assurantiels, il est nécessaire que le dirigeant et principal actionnaire de l’entreprise prenne du temps pour travailler ce sujet en se projetant sur une situation de disparition soudaine.

Plusieurs acteurs clefs doivent être informés et préparés pour une période de transition :

  • Des référents du métier seront utiles pour accompagner la transition. Dans le cas de Romain cela a été des confrères, connaissant le métier et les bonnes pratiques. Ce sont eux qui ont pu fixer de manière indépendante le prix de vente de l’entreprise.

 

  • L’expert-comptable s’avérera précieux car il a une vision juste de la situation de l’entreprise. Bertrand Passot avait réglé à son expert-comptable des honoraires d’avance pour que celui-ci puisse consacrer du temps à l’accompagnement de l’entreprise dans cette situation dramatique. On peut aussi penser à anticiper des obstacles techniques avec le banquier : qui aura la signature sur le compte pour pouvoir payer les fournisseurs et les salariés ?

 

  • Les héritiers eux-mêmes (conjoint, enfants) doivent être prévenus de la marche à suivre et de ce qui a été préparé. Bertrand Passot avait laissé une lettre à son épouse.

 

  • Les salariés qui doivent continuer à accomplir la mission de l’entreprise au service de ses clients. Le plan de continuation d’activité peut donner des réponses aux salariés : quelles sont les consignes, qui est le supérieur hiérarchique, y a-t-il un salarié clef destiné à prendre la barre et à aller visiter les clients ?

Toutes ces personnes doivent avoir conscience du rôle majeur qu’elles auront à jouer. Le but est de préserver l’entreprise, c’est à dire ses salariés, le service qu’elle fournit à ses clients et la valeur qu’elle représente pour ses actionnaires

 

« Un héritage ne se galvaude pas, il doit porter du fruit »

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.