Accueil » Macron président : En Marche vers quoi ?

Macron président : En Marche vers quoi ?

macron fiscalité

 

Rendez-vous dans 5 ans. Le candidat d’En Marche étant élu, il a la possibilité, mais non l’obligation, de respecter son programme. Mais quel était-il ? Fiscalité, social, investissements, entreprise … Que nous a promis Emmanuel Macron ?

 

Fiscalité

 

Particuliers et entreprisesContrairement à François Fillon pour qui une incertitude demeurait quant aux revenus concernés, Emmanuel Macron souhaite mettre en place un prélèvement unique de 30% sur les revenus du patrimoine, comprenant alors les revenus fonciers tout comme l’assurance-vie. Toutefois, pour cette dernière, une conséquence négative est à noter : alors que les rachats après 8 ans étaient imposés à hauteur de 23%, ils le seront à hauteur de 30%.

Autre sujet sur lequel le candidat se démarquait : l’ISF. Il propose de le remplacer par l’Impôt sur la Fortune immobilière, exonérant de fait le capital dît productif. L’ensemble du capital lié au financement de l’économie (actions, obligations, assurances-vie etc.) sera exonéré.

Autrement dit, un riche propriétaire immobilier n’ayant qu’un faible revenu sera soumis à cet impôt, alors que celui détenant des millions en actions ou obligations, mais n’ayant aucun immeuble, ne sera pas inquiété.

Cependant, bien qu’il porte sur l’immobilier, un abattement est appliqué à la résidence principale. De plus, une exonération sur les œuvres d’arts est prévue. Le barème et les seuils resteraient les mêmes que pour l’ISF. Les contours de cet impôt demeurent tout de même flous.

Concernant les entreprises, le nouveau Président souhaite abaisser l’impôt sur les sociétés de 33% à 25% d’ici 2022.

 

Social

RSI – Souhaitant sa suppression, Emmanuel Macron veut adosser le RSI au régime général. Pour autant, on observe qu’une disparition totale n’est pas visée : un guichet spécifique permettra le traitement du cas particulier des indépendants. L’adossement est donc davantage gestionnaire que fondamental. Il est, en effet, difficile d’imaginer la suppression absolue du régime des indépendants, qui n’ont pas les mêmes préoccupations que les autres ( voir notre article complet ici).

Charges sociales – Il est prévu une réduction des cotisations payées par les salariés (500€ par an pour un salaire de 2200€ net par mois), ainsi qu’une exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires. Du côté des employeurs, un abaissement de 6 points des cotisations sociales employeurs en remplacement du CICE, jusqu’à 10 points pour le SMIC, est prévu. La transformation du CICE permettra un allègement de charges pérennes.

Droit du travail – Afin de renforcer le dialogue social, il sera défini un cadre de normes fondamentales. En dehors de ce cadre, une totale liberté est laissée aux accords collectifs d’entreprises, ou, à défaut, de branches. Par ailleurs, un doublement des seuils sociaux sera mis en place.

Pour répondre au chômage, et aux difficultés qu’il apporte avec lui, une assurance-chômage pour tous les travailleurs sera mise en place.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *